top of page
Les chemins de ma vie.jpg

Les chemins de ma vie

Souvenirs de la Légion arménienne
Témoignage / Histoire

Kaspar Menak

Traduit de l’arménien occidental par Chant Marjanian

Préface : Gérard Dédéyan

parution : juin 2024

16 x 24

220 pages

20 €

ISBN 978-2377011599

PayPal ButtonPayPal Button

LE LIVRE

« Je suis membre de la grande et prospère famille Kehya Khatchoyan de Tchenkouch ; nous étions si nombreux que nous disposions de notre propre rue. »

Ainsi débutent Les Chemins de ma vie. Né en 1895, Kaspar Menak, qui avait émigré aux États-Unis en 1912 pour rejoindre des cousins, perd ses deux parents et l’intégralité de sa fratrie en 1915 lors du génocide des Arméniens. Le voici minak, tout seul, comme le lui répètent ses cousins ; il en tirera son patronyme, et prendra la plume pour raconter son histoire, particulièrement les quatre années de son héroïque engagement dans la Légion arménienne de 1917 à 1920.

Le présent ouvrage est la traduction française de ses mémoires, dont l’édition originale était parue à Beyrouth en 1968 ; elle est enrichie d’événements relatifs à l’histoire tragique de la nation arménienne et de documents et photographies des descendants de la famille Menak. À l’origine de cette édition française : Kevork Aharonian, l’aîné des petits-enfants de

Kaspar Menak.

Chant Marjanian

L' AUTEUR

Chant Marjanian (traducteur) : Docteur en Géographie (Sorbonne Paris III), Chant a collaboré avec plusieurs structures arméniennes de France : Union Générale Arménienne de Bienfaisance, Fonds Arménien, journal Nor Haratch, reveu Nouvelles d’Arménie t France-Arménie, radio AYP FM, troupe de théâtre Ahazank, chorale Koghtan … Il a également participé à des conférences et colloques, organisé des soirées culturelles et artistiques ainsi que des expositions photographiques.

L'ouvrage est préfacé par Gérard Dédéyan, professeur émérite d’histoire (université Montpellier 3), spécialiste de l’Arménie bien connu de la communauté arménienne.

mémoires d'un orphelin arménien

Vous aimerez aussi :

60 ans après, l’émotion m’étrangle encore
Le patrimoine des Arméniens.jpg
bottom of page