474 pages

24.00 euros

978-2377011315

mai 2022

Horria Saïhi
Franc maçonnerie
Une femme algérienne

Au fil de la résistance, j’écris ton nom... Témoignage

Le livre :

Un livre qui est à la fois un parcours de vie, un témoignage et
un appel à la résistance, signé par une opposante de la première
heure à toutes les formes d’oppression qui s’opposent à
la démocratie en Algérie.
« Femme, journaliste, réalisatrice et militante, actrice et témoin
privilégiée, je choisis désormais d’écrire et d’apporter ma
contribution à une histoire vivante en puisant dans nos luttes,
notre résistance », écrit Horria Saïhi. « Je dis et décris l’arbitraire
du pouvoir avec ses lots d’enlèvements, de séquestrations,
de tortures, d’assignations à résidence, d’emprisonnements,
de révoltes d’étudiants, de lycéens ou de paysans, la censure et
l’interdit, la contestation, la solidarité, la montée de l’islamisme politique, la riposte pacifique ou armée, l’engagement des
femmes. Je raconte mon pays tel que je l’ai perçu, tel que je l’ai
ressenti au travers de mes rencontres avec Kateb Yacine,
les ouvrières de Sidi Bel Abbès, les paysannes de Zrizer, mes
camarades du PAGS, d’Ettahadi-Taffat, du MDS, des Patriotes,
des Groupes de légitime défense, des militaires, des artificiers,
des familles de victimes du terrorisme, des militantes
républicaines, mes collègues de la télévision... »
Pour redonner vie à ce passé tragique qu’elle fait défiler sous
nos yeux, Horria Saïhi s’est attachée à recueillir la parole
de femmes et d’hommes qui ont comme elle vécu, subi, résisté
ou fui tout ce que l’Algérie n’a pu ou su offrir à son peuple.
Leurs récits entrecoupés de silences, de rires et de larmes esquissent le terrible tableau d’une souffrance multiforme,
toujours aiguë et trop longtemps tue.

L'auteur.e

Horria Saïhi, journaliste de télévision et de radio
et réalisatrice algérienne, a été grand reporter à
la télévision nationale algérienne dans les années
1990 et a réalisé nombre de reportages et de
documentaires télévisés ou radiophoniques
sur les violences faites aux femmes, les méfaits
des terroristes islamistes et les Résistances
pacifique et armée. Soumise à la censure du
pouvoir, objet de pressions judiciaires, menacée
par les islamistes, elle s’exile en France en 2000.
Elle a notamment publié Voix sans voile
(éd. Helvétius, 2016).



Jacques Bidou