216 pages

24.00 euros

978-2377010790

novembre 2020

Stéphanie Larchanché et Jorge P. Santiago
Franc maçonnerie
Migrants et santé mentale

Anthropologie, rites thérapeutiques et psychiatrie

Le livre :

Aux confluences de l’anthropologie médicale clinique et de la psychiatrie transculturelle, cet ouvrage met en dialogue observations ethnographiques et mises en application cliniques autour de la santé mentale des sujets migrants.

Il réunit des chercheurs et professionnels de l’accompagnement sanitaire et social –anthropologues, infirmiers, psychanalystes, psychiatres, psychologues, thérapeutes. Il documente non seulement les vécus psychiques des personnes, mais également les « rites thérapeutiques » mis en place dans différents contextes d’accueil et de soins face aux difficultés liées aux traumatismes, à l’expatriation, ou à la clandestinité et la précarité sociale.



Dans chacune des trois parties : « Migration et anthropologie médicale », « Vulnérabilité et prise en charge » et «L’expérience du centre Minkowska : témoignages », sont traitées des situations variées mettant en œuvre la relation migration-santé mentale, allant de la diversité des motivations et des conditions de la mobilité aux difficultés d’installation rencontrées par les migrants, en passant par les procédures administratives et l’incidence des enjeux politiques et spatiaux sur la santé individuelle et publique.



De même, il sera question des moyens engagés pour accueillir, orienter et soigner les migrants dans le contexte actuel des dynamiques professionnelles ; et du travail mené pour combler les lacunes ou surmonter les difficultés liées aux dysfonctionnements dans le domaine des structures et des réponses aux besoins en matière de troubles psychiques ; des réponses qui ne sont pas sans lien avec la santé publique, le logement et les installations sanitaires.

L'auteur.e

Stéphanie Larchanché est anthropologue –SFU-Paris, thérapeute, et responsable du Transfert de compétences

au Centre Minkowska.

Jorge P. Santiago est professeur d’anthropologie à l’Université Lumière Lyon 2 et membre  de l’Institut supérieur d’études de la religion et de la laïcité  (ISERL). Ses travaux s’inscrivent dans les champs de l’anthropologie de  la ville, des mondes urbainset des pratiques religieuses  afro-américaines.

Avec la contribution de :

Nina Bacchini, Rachid Bennegadi, Marie-Jo Bourdin,

Maria-Vittoria Carlin, Marco Cerqueglini, Marina Ciceron, Audrey Gittinger, Florence Halder,  Jean Ramdé,

Daria Rostirolla et Valeria Sommer-Dupont.

Jacques Bidou