1248 pages

48.00 euros

978-2377011216

juin 2022

Sous la direction de Georges-Henri Soutou
Franc maçonnerie
Documents diplomatiques français 1952

(1er janvier-31 décembre 1952)

Le livre :

Présenter, année par année, les documents les plus significatifs de la politique étrangère de la France conservés par le ministère des Affaires étrangères : tel est l’objet des « Documents diplomatiques français » (DDF).

Confié dès l’origine à une commission d’historiens et de diplomates, ce travail de sélection et de publication s’est attaché dans un premier temps à évoquer les origines de la guerre franco-allemande de 1870-1871 puis des deux conflits mondiaux. À partir de 1983, les travaux de la commission se sont recentrés sur la période postérieure au 21 juillet 1954, date des accords de Genève, avant de s’étendre, depuis 1992, à l’ensemble des périodes chronologiques non encore traitées (1914-1932 et 1939-1954).

La sélection de ces documents est menée d’une façon rigoureusement scientifique et en toute indépendance par des équipes de chercheurs et d’historiens sous la direction d’éminents universitaires. Pour ce faire, ces équipes ont un accès total à toutes les archives produites ou reçues par le ministère français des Affaires étrangères.

Le présent volume, le deuxième publié par les éditions Hémisphères / Maisonneuve & Larose, couvre la correspondance diplomatique française d’une année de guerre froide intense, particulièrement intéressante par sa complexité et ses contradictions qui se transformeront en crises successives lors des années suivantes. On voit poindre les difficultés qui compliquent les négociations sur la CED et sur le réarmement allemand, ainsi qu’à propos de la Sarre.

La Chine occupe une place considérable, dans le contexte de la guerre froide, qui s’incruste également en Europe : la diplomatie française comprend de mieux en mieux les ressorts et les méthodes de la domination soviétique en Europe orientale, et la France perd l’illusion de de renouer avec son rôle traditionnel dans cette région. Enfin, certains épisodes annoncent la période suivante, comme la crise tunisienne et la volonté de nombreux pays membres de porter l'affaire à l'ONU. Même en Égypte, la crise de 1952 et la fin de la monarchie ouvrent une séquence qui précède en fait la guerre d'Algérie et la crise de Suez en 1956 : on commence dès 1952 évoquer la possibilité d’une intervention militaire française.

L'auteur.e

Ouvrage réalisé sous la direction de Georges-Henri Soutou, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques et professeur  émérite d’Histoire contemporaine à Sorbonne Université. Membre de la  Commission des archives diplomatiques auprès du ministère des Affaires  étrangères français, il travaille sur les relations internationales au  xxe siècle, en particulier sur la Première Guerre mondiale, les rapports  franco-allemands et les relations Est-Ouest après 1945. Dernier ouvrage  paru : Europa ! Les projets européens de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste (Tallandier, 2021).


Jacques Bidou