Rébus d'ici et d'ailleurs :

écriture, image, signe

Claire-Akiko Brisset, Florence Dumora et Marianne Simon-Oikawa (dir.)

parution : novembre 2018

17 x 24

536 pages - 211 illustrations

30 €

ISBN 978-2-37701-040-0

LE LIVRE

Qu’est-ce qu’un rébus ? Qu’est-ce qui le différencie de jeux de mots ou d’images comme l’énigme, le calembour, l’emblème, le pictogramme ? Dans quelles cultures, et depuis quand existe-t-il ? Ce livre tente de répondre à ces questions, en faisant dialoguer, pour la première fois, des spécialistes de disciplines très différentes (égyptologie, sinologie, littérature, histoire de l’art, héraldique, musicologie…).
Les études réunies ici éclairent aussi bien ce que les historiens de l’écriture ont nommé le « principe rébus », à l’oeuvre dans les écritures mésopotamienne, égyptienne, chinoise ou maya, que les images à déchiffrer présentes depuis des millénaires sur les supports les plus disparates : peintures égyptiennes, monnaies grecques et romaines, partitions musicales, estampes japonaises, catéchismes des Andes, rêveries surréalistes, presse populaire, le rébus est en effet
partout.
L’ouvrage plonge le lecteur dans des univers visuels fascinants, et l’accompagne dans des déchiffrements souvent pleins d’humour. Au fil de ses chapitres se perçoivent d’étranges résonances entre des temps et des lieux éloignés. Le rébus, souvent considéré comme un objet marginal, apparaît ainsi sous un jour nouveau, au coeur de la réflexion sur les liens entre écriture, parole, espace et image.
 

Découvrir le sommaire >>

Photo à suivre ...

LES ÉDITRICES SCIENTIFIQUES

Claire-Akiko Brisset est professeure ordinaire de l’Université de Genève et correspondant français de l’Académie des
Inscriptions et Belles-Lettres. Elle est spécialiste d’histoire culturelle du Japon, et notamment des rapports entre texte et image.
Florence Dumora est maître de conférences à l’Université Paris Diderot. Elle est spécialiste de l’histoire du rêve et consacre ses recherches à une histoire des conceptions et des figurations du for intérieur. Elle prépare une anthologie des rébus de Théodore Maurisset.
Marianne Simon-Oikawa, est maître de conférences HDR à l’Université de Tôkyô. Ses recherches portent sur les relations entre le texte et l'image en France et au Japon, en particulier la poésie visuelle et sur les jeux graphiques japonais (images en écriture moji-e) de l’époque d’Edo.

Vous aimerez aussi :

Mots

LES AUTEURS

Véronique Adam, Valérie Angenot, Violaine Anger, Diane Arnaud, Hélène Campaignolle-Catel, Nathalie Cazal, Frédéric Cousinié, Anne-Marie Christin, Ralph Dekoninck, Florence Dumora, Béatrice Fraenkel, Bérénice Gaillemin, Jean-Jacques Glassner, Stefan Goltzberg, Pascal Griolet, Agnès Guiderdoni, Emmanuelle Hénin, Clarisse Herrenschmidt, Jean-Michel Hoppan, Laura Kendrick, Jean Lassègue, Cédric Laurent, Alfreda Murck, Maxime Préaud, Marianne Simon-Oikawa, Emmanuelle Valette, Andreas Josef Vater, Pascal Vernus, Isabel Yaya McKenzie.

Les medias en parlent:

Campus n° mars 2019 : magazine scientifique de l'université de Genève

36, rue de la Convention

Paris, 75015

  • White Twitter Icon
  • White Facebook Icon
Adressez-nous un message