L'objet africain dans les expos

L'objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIX-XXIè siècle)

Histoire / Histoire de la colonisation

sous la direction de Laurick Zerbini

parution : novembre 2021

16 x 24

630 pages + 4 cahiers couleurs

28 €

ISBN 978-2377011100

Dépouiller, partager, restituer

LE LIVRE

Que révèlent les expositions et les musées missionnaires, qui voient le jour dès la fin du XIXe siècle, de leur rapport aux objets africains et de l’usage qu’ils en font ? La vision romantique des paysages et de la flore qui s’exprime alors dans les
écrits des missionnaires disparaît lorsqu’il s’agit d’aborder les mœurs et les productions matérielles des populations africaines. Cultes, cérémonies, « fétiches », « idoles » et autres objets apparaissent aux antipodes de leurs repères culturels et religieux. Néanmoins, à la fin du XIXe siècle, l’expansion des missions outre-mer, et les difficultés de développement
auxquels la propagation chrétienne se trouve confrontée, entraînent un positionnement plus marqué et la nécessité d’une étude et d’une connaissance plus approfondies des populations et des cultures matérielles, sous peine d’échec de l’évangélisation.
S’intéresser à la construction des savoirs qui ont prévalu dans l’émergence de ces manifestations et lieux institutionnels revient à poser la question de l’entrecroisement entre fait missionnaire et anthropologie. Il s’agit en effet d’interroger les conditions de construction du discours – expositions et musées –, de questionner l’objet africain comme enjeu
scientifique du fait missionnaire – processus de monstration, changements d’usage de l’objet par les pratiques, les discours et les mises en scènes... –, et d’analyser sur le long terme tant les enjeux que l’appropriation et le statut des œuvres africaines au sein des différentes manifestations.
Le débat ne saurait ignorer les enjeux contemporains liés aux « trésors coloniaux » conservés dans les musées, y compris les musées missionnaires. Quels en sont les termes, d’un point de vue tant juridique, historique et culturel qu’éthique ?

Laurick Zerbini

L' AUTEURE

Laurick Zerbini est maîtresse de conférences en histoire des arts d’Afrique subsaharienne à l’Université Lyon 2. Elle est membre du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHA,UMR 5190, CNRS), axe « Religions et croyances ». Ses recherches se concentrent sur les expositions
et musées missionnaires en croisant le fait missionnaire et l’anthropologie, l’architecture chrétienne et la photographie missionnaire en Afrique de l’Ouest. Elle a déjà publié chez Hémisphères éd. (2019) L’Afrique noire en vitrine. Lyon 1860-1960.
Contributions de Mahamat Abba Ousman, Vendelin Abouna Abouna, Ana Rita Amaral, Melvina Araújo, Julien Bondaz, Salvador Eyezo’o, Cécile Fromont, Émilie Gangnat,

Ilaria Gasparotto, Rebecca Loder-Neuhold, André Mary,

Silvie Memel Kassi, Placide Mumbembele, Vincent Négri,
François Nicolas, Richard Price, Sally Price,

Claude Prudhomme, Luis Ángel Sánchez Gómez,
Abdourahmane Seck, Patricia Van Schuylenbergh, Alassane Waongo et Laurick Zerbini.

Vous aimerez aussi :

L'Afrique noire en vitrines
Nouvelles générations