L'honneur perdu du Général Cluseret

De l'Internationale au nationalisme

Histoire contemporaine

Florence Braka

Préface de Gérard Haddad

parution : octobre 2018

16 x 24

320 pages

20 €

ISBN 978-2-37701-026-4

LE LIVRE

Gustave Cluseret est un aventurier dont les rebondissements feraient presque pâlir d’envie les héros d’Alexandre Dumas. Benjamin Disraeli, homme politique et écrivain britannique, s’est même directement inspiré de Cluseret pour camper le héros de son roman Lothair, le « captain Bruges ». Tour à tour, officier sous la Monarchie de Juillet, la Deuxième République et l’Empire, engagé volontaire en Italie dans l’expédition des Mille aux côtés de Garibaldi, puis en Amérique pendant la
Guerre de Sécession sous l’uniforme Yankee, complice du mouvement Fenian irlandais, journaliste, conspirateur, membre de la Commune, député du Var et artiste-peintre versé dans l’orientalisme, Cluseret a un parcours riche et original, plein d'enseignements.
Cluseret intrigue souvent, déconcerte parfois, agace beaucoup. Pourquoi ? Parce qu’il est inclassable. Il est socialiste, mais pas collectiviste ; il est anti-boulangiste, mais s’allie avec d’anciens boulangistes ; il est internationaliste, puis devient nationaliste, xénophobe et antisémite… S’amuse-t-il à brouiller les cartes ? Non. Cluseret est un personnage troublé, à
l’image de cette seconde moitié du XIXe siècle.
Cluseret est riche d’avoir vécu plusieurs vies en une, d’avoir sillonné de nombreux pays à une époque où les voyages n’étaient pas aussi aisés qu’aujourd’hui. Contemporain de Marx et Bakounine, de Ferry et Naquet, de Gambetta et Clemenceau, de Guesde et Jaurès, de Barrès et Drumont, dont il a été à différentes périodes de sa vie l’ami ou l’adversaire, Cluseret a un regard sur le monde qui n’est pas celui du commun des mortels. Mais au-delà, l’histoire de Cluseret nous interpelle et fait sens car elle est un puissant écho à notre propre réalité, celle
que nous vivons et construisons jour après jour.

L’AUTEUR

Florence Braka est née en 1968 à Montpellier. Elle est diplômée en droit et en sciences politiques. En 2008, son parcours universitaire et professionnel ainsi que sa passion pour l’histoire la conduisent à s’engager dans un projet de recherche sur la période du XIXè siècle, orienté sur l’histoire de la presse et des idées politiques. Sous la direction du Professeur Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne), elle étudie l’affaire du meurtre de Victor Noir par Pierre Bonaparte et son écho jusqu’à la fin du XIXème siècle, duquel est tiré son premier livre L’affaire Victor Noir, Le pouvoir dans la tourmente, publié en 2012. En novembre 2016, elle soutient sa thèse de doctorat consacrée à la vie tumultueuse du Général Cluseret, thèse largement remaniée qui fait l’objet du présent ouvrage. 

Vous aimerez aussi :

36, rue de la Convention

Paris, 75015

  • White Twitter Icon
  • White Facebook Icon
Adressez-nous un message